Du regard à la création

Présentation
L'animation de la matière servira de fil conducteur à la visite. On pourra ainsi observer la diversité des procédés mis en œuvre par les artistes afin de donner l'illusion du mouvement, à partir des œuvres les plus accessibles à des élèves de cycle 2, et associer le problème artistique posé par la représentation du mouvement au thème traditionnel de la créature qui s'anime et échappe à son créateur (cf. rubriques « Avant la visite » et « Après la visite »). Mime et marionnettes permettront aux élèves de s'emparer activement de la représentation du mouvement. Piste proposée par Frédérique Campbell, formatrice, ESPE de Bonneuil, UPEC.
Parti pris
Les œuvres ont été choisies en fonction de de leur lisibilité et de leur attractivité pour la tranche 6-9 ans (simplicité et efficacité plastique, contextualisation sommaire possible, potentiel narratif de l'oeuvre). Par ailleurs, afin de faciliter la lecture de l'ensemble, chaque titre d'oeuvre renvoie à la fiche de présentation de l'oeuvre. Quelques informations complémentaires peuvent apparaître dans la présentation du parcours ou dans la partie « Avant la visite ».
Public
Cycle 2 (tranche 6-9 ans).
Objectifs
Éduquer le regard, travailler le langage oral et commencer à investir l'art et la littérature.
Mots clefs
Regard, sensibilité, partage, langue, littérature
Matériel
Appareil photo, tablette ou téléphone portable confiés aux adultes accompagnateurs, une feuille avec la reproduction des œuvres du parcours par élève (un support est proposé en annexe), crayon ou stylo.
Parcours
Assiout (Moyenne Égypte)
Bois de tamaris peint
Musée du Louvre
Vers 1800 avant J.-C. (milieu 12e dynastie)
H. : 25,7 cm.; L. : 4.20 cm.; Pr. : 11.50 cm
© Musée du Louvre, Dist. RMN-Grand Palais / Christian Decamps

   Baal brandissant le foudre 
   XIVe - XIIe siècles avant J.-C. 

   Minet el Beida, port d'Ougarit
   Bronze et or

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1/ Identifier les sculptures en sollicitant les élèves ( cf. « Avant la visite »).

2/  A quoi voit-on que ces sculptures, qui sont d'époques et de matériaux différents, paraissent en mouvement ? On demandera aux élèves de décrire (ou de rappeler) la position de la tête, des jambes, des bras. Faire changer les élèves de point de vue, autant que possible, pour prendre conscience de leur tridimensionnalité.

3/ Sur une feuille comportant les reproductions des œuvres du parcours, on demandera aux élèves de recopier deux ou trois informations parmi les suivantes : matière, origine géographique et date, en variant les demandes d'une œuvre à l'autre.

4/ Comparer avec la photographie : la vision est-elle la même ? Confronter les réponses, relancer, amener à découvrir les différences entre reproduction et œuvre « en vrai ».

Cf. la rubrique « Avant la visite » pour la mise en parallèle avec des sculptures de Rodin et Giacometti.

Lutteur
Modèle en cire sur armature
Antoine-Louis BARYE
Paris, 1795 - Paris, 1875
H. : 0,14 m. ; L. : 0,09 m. ; Pr. : 0,05 m.

 

 

Statuette d’un roi en Héraclès (?

Vers 200-180 avant J.-C. 
Smyrne (la moderne Izmir, Turquie)
Marbre
H. : 35 cm

 

   Le Lanceur de poids, 1929
   Fil de fer, 82 x 73 x 13,3 cm
   Paris, Centre Pompidou, Musée national d’art        moderne, don de l’artiste 1966

   © Calder Foundation New York / Adagp Paris

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1/ Noter les différents matériaux utilisés ( à partir de la fin du CP ou du CE1, sur la feuille de visite mentionnée ci-dessus), ce qui permettra, entre autres, d'expliquer que le Lutteur de Barye est un modèle et non la statue réalisée.

2/ Demander, si l'espace le permet, à un ou deux élèves de prendre les mêmes poses.

3/ Décrire les sculptures à l'aide du vocabulaire spécifique travaillé auparavant (position des membres, du torse, des bras, aspect poli ou non de la surface, quantité ou densité de la matière utilisée), afin d'identifier les différents moyens plastiques utilisés par les artistes, comme l'utilisation des lignes, le rôle des ombres et l'opposition plein/vide (Calder). L'observation d'Héraclès pourra être plus développée au CE2.

4/ Demander pourquoi on a choisi d'associer ces trois sculptures (thèmes de la prouesse, de l'athlète, du sport).

 
 

"Danseuse Titeux" 
Vers 350 ? avant J.-C. 
Provenance et fabrication : Athènes
H. : 21 cm.

© 2007 RMN / René-Gabriel Ojéda

La Vierge et l'Enfant entre deux anges 
Agostino di DUCCIO

Florence, 1418 - Pérouse, 1481
Proviendrait du château des comtes Spinelli à Rignano (Toscane)
Marbre

H. : 0,91 m. ; L. : 0,77 m.
© Musée du Louvre/P. Philibert

 

 

   

 

1/ Contextualiser rapidement le bas-relief d'Agostino di Duccio (fonction religieuse de l'oeuvre, présentation sommaire des bases du christianisme en mettant en avant l'idée de l'Enfant Jésus sauveur de l'humanité).

2/ Demander aux élèves de  le décrire en énumérant tout ce qu'ils voient, pour les amener à observer la position en contrapposto de l'Enfant Jésus (à comparer à celle d'Héraclès dans la salle précédente), son pied posé sur le rebord en  trompe-l'oeil, les anges aux bras levés, bouche ouverte, le drapé très élaboré de la Madone, à effet « mouillé »; le travail d'observation et d'expression orale sera stimulé par le caractère apparemment statique de ce bas-relief.

3/ Même travail avec la danseuse «Titeux », avec insistance particulière sur le drapé, et, surtout, ne pas manquer de changer de point de vue autant que possible : l'impression de mouvement est beaucoup plus forte de trois quarts ou de profil (photographies sous plusieurs angles visibles sur la notice de l'oeuvre).

4/ Dire aux élèves de garder en mémoire cette œuvre ou bien la prendre en photo (enseignant et adulte accompagnateur) pour la dernière étape du parcours.

Si l'on dispose d'un peu de temps, on pourra en prolongement dévouvrir "La Vierge et l'Enfant entourés par quatre anges" dite "Madone d'Auvillers" d'Agostino di Duccio dans la Galerie Donatello, et sa version tactile.

Apollon et Daphné 
Vers 1743 - 1744 

Giovanni Battista TIEPOLO
Venise, 1696 - Madrid 1770
H. : 0,96 m. ; L. : 0,79 m.

© 2007 Musée du Louvre / Angèle Dequier

1/ Demander à quelques élèves de rappeler l'histoire (Métamorphoses d'Ovide, I, 452-567) racontée en classe.

2/ Identifier les personnages et leur action. Relever et décrire les mouvements de chaque personnage, éventuellement en mimant la scène avec deux ou trois élèves si l'espace et l'affluence le permet(tent).

3/ Identifier le ou les moments de l'histoire représentés par la peinture. Rappeler ce qui va se passer après la scène représentée.

4/ Demander aux élèves quels autres éléments les frappent (mouvement des étoffes, des cheveux, couleurs, paysage etc.)

On peut noter l'opposition entre Apollon saisi en pleine course et Daphné, qui se fige, comme lorsqu'on joue « à la statue » (jeu/activité souvent pratiqués en cycle 1), et laisser les élèves relever tous les détails qui attirent leur attention, arrière-plan, étoffes qui volent, ailes de l'Amour etc. Sensibiliser les élèves, s'ils ne s'expriment pas spontanément sur ce point, aux couleurs qui font vivre le tableau.

Danseuse, position de quatrième devant sur la jambe gauche, première étude 
Entre 1921 et 1931
Edgar Degas
France
H. : 0,96 m. ; L. : 0,79 m.

Fondeur : Adrien-Aurélien Hébrard (1865 ?-1937)
Bronze à patine brune Paris, musée d’Orsay,
acquis grâce à la générosité des héritiers de l’artiste et des Hébrard, 1931

 

 

Nijinsky
1912
Auguste Rodin
France

Fonte par Georges Rudier 1958 

Bronze
Paris, musée Rodin

 

 

1/ La danseuse de Degas est-elle en train de bouger ?

2/ Quelle est, selon les élèves, la plus « dansante », celle de Degas ou la « danseuse Titeux » ?

3/ Observer la sculpture de Rodin. Demander aux élèves leurs impressions en laissant libre cours à leurs remarques, ce qui sera  aussi l'occasion de faire un premier bilan du parcours. Encourager celles qui traduisent une sensibilité à l'expressivité de la sculpture, à son « énergie ».

 

 

Avant la visite

Annoncer la visite de la Petite Galerie et expliquer que les activités d'EPS et de découverte du monde et de français serviront à préparer la visite et le projet de mise en scène qui suivra.

EPS/français :

- se tenir droit et immobile, puis se mettre sur la pointe pieds, à plat sur un seul pied, à plat sur un pied en soulevant l'autre jambe,  chercher une position de confort lorsqu'on doit attendre, immobile (l'objectif étant d'amener au contrapposto), comparer le confort ou la facilité de ces positions. La verbalisation est essentielle, avec exigences de précision ;

- marcher, prendre des photos ou des vidéos au cours des recherches (accord parental requis).

- jouer à la sculpture (l'enfant sculpteur déplace un membre ou plus, l'enfant « sculpté » doit tenir la position ; jouer avec du tissu, d'abord  de petite dimension puis plus grande et plus fluide, afin de préparer le regard au drapé.

 

Découverte du monde/enseignements artistiques/français (après les séances d'EPS) : 

- donner à chacun deux feuilles comportant les œuvres du parcours (dans l'ordre du parcours, qui n'est pas tout à fait celui de l'exposition), l'une avec et l'autre sans cartel.

- montrer, si possible, avec tableau numérique, en se connectant au site Louvre, des reproductions des statuettes ugaritique, égyptienne, hellénistique et les situer dans le temps (sur la frise chronologique de la classe, de préférence) ; montrer L'Homme qui marche de Rodin et l'un des Homme qui marche de Giacometti, les comparer avec les œuvres anciennes (notamment "L'homme marchant" et "Baal brandissant le foudre" présents dans l'exposition) ;


Pour aborder l'oeuvre de Rodin :
http://www.musee-rodin.fr/fr/collections/sculptures/lhomme-qui-marche 
Auguste Rodin, L’Art, entretiens réunis par Paul Gsell, collection "Les Cahiers rouges" ,°245, Paris, Grasset, 2005, chapitre « Le mouvement ». A noter un passage très éclairant sur la nature composite de la représentation du mouvement (le sculpteur amalgame deux moments/mouvements successifs pour donner l'illusion du dynamisme).


Pour aborder l'oeuvre de Giacometti :
http://www.fondation-giacometti.fr
http://www.rts.ch/archives/tv/information/carrefour/3436053-alberto-giacometti.html
Alberto Giacometti: la collection du Centre Georges Pompidou, Musée national d'art moderne : Saint-Etienne, Musée d’art moderne, 24 mars-27 juin 1999. Paris: éd. du Centre Pompidou, 1999, p. 176. (évoque notamment l'intérêt de Giacometti pour l'art égyptien)

- mener un travail plastique et verbal de description du mouvement, en s'appuyant sur les séances d'EPS et/ou sur  les photos prises lors des séances ; dessiner rapidement le mouvement ou la posture, sur ardoise ou sur feuille, ou les modeler avec de la pâte à modeler, sans exigence technique ;

- à plusieurs reprises si possible, dans un court laps de temps, projeter deux ou trois œuvres en proposant deux ou trois cartels, les élèves devant sélectionner le bon, afin de mémoriser les œuvres et, si possible, quelques informations sur celles-ci. Sur la feuille sans cartel, les élèves noteront au crayon à papier (éventuellement avec un système de numérotation pour éviter le recopiage, long ou trop laborieux aux CP et CE1) le cartel choisi. Ce doit être un jeu, pas un contrôle.

 

Français/lecture :

Pour les plus jeunes (CP, début CE1), lire en « lecture offerte » ou raconter  (première moitié de l'année), pour les CE2 alterner contage ou lecture offerte avec lecture par les élèves d'extraits (ou d'adaptations) de textes dont l'animation de la matière ou l'oeuvre qui prend vie sont le thème central. Quelques suggestions ci-dessous :

 Le Bonhomme de pain d'épices (nombreuses éditions).

Issounboshi  ( Contes et légendes du Japon, trad. M. Coyaud, éd. Flies France ou Issounboshi et autres contes japonais, J. Jolivet et P. Fauliot, éd.Syros).

Hans-Christian Andersen, La Bergère et le ramoneur (source d'inspiration du film Le roi et l'oiseau, de Paul Grimault, nombreuses éditions, illustrées ou non)

Carlo Collodi, Pinocchio, notamment les éditions illustrées de N. Castagné et R. Innocenti, éd.

 Gallimard, et de Manuela Adreani, éd. Presses Aventures

Max Ducos,  L'Ange disparu, éd. Sarbacane.

Jian Hong Chen, Le Cheval magique de Han  Gan, éd. L'école des loisirs.

Ovide, Pygmalion, Métamorphoses, X, 243 sq, trad. Joseph Chamonard, GF (à raconter) ; Manuela Morgaine, ill. Daniel De'Angeli, Métamorphoses d'après Ovide, éd. Ipomée-Albin-Michel.

Yvan Pommaux,  Casse-tout, éd.  L'école des loisirs.

 Marguerite Yourcenar, Comment Wang Fô fut sauvé, Folio Cadet, Gallimard (à raconter).

Après la visite

Écrire et créer un spectacle de marionnettes fabriquées en classe à partir de sculptures ou personnages choisis par la classe, afin de prolonger la réflexion sur la représentation du mouvement et sur la création.

Plusieurs options possibles :

- écrire et mettre en scène une histoire existante, liée à une œuvre de l'exposition ;

- imaginer et écrire de façon individuelle l'histoire d'un « personnage » de l'exposition, au choix ;

- écrire un texte ou un canevas original en mélangeant, à la façon du Tarot des mille et un contes de F. Debyser ou des « salades de contes » de Gianni Rodari, plusieurs personnages inspirés par la visite.

Ressources complémentaires
En ligne

Quelques ressources complémentaires concernant les oeuvres du parcours

Une autre notice du Louvre évoquant Baal (« seigneur », « maître », voire « mari », en langues sémitiques, dieu de l'orage, par conséquent de la fertilité) et ses attributs : 

http://www.louvre.fr/oeuvre-notices/la-stele-du-baal-au-foudre

Autour de la figure d'Héraclès : 

Piste de visite de la Petite Galerie 1 : Histoires de Héros

 

Pour aborder Alexandre Calder et son oeuvre : 

Dossier documentaire proposé par le Centre Pompidou

A propos du modèle du « Lanceur de poids » d'Alexandre Calder : 

Portrait de Paul Poitevin

 

A propos de la « Danseuse Titeux »

Cartel de la base Atlas sur le site louvre.fr

Oeuvre à la loupe

Degas et la danse :

Dossier du musée d'Orsay autour de l'opéra Garnier

 

Nijinski et l'après-midi d'un faune

Christophe CORBIER,
« L’Après-Midi d’un Faune de Nijinski », Histoire par l'Image

 

Support de visite

Télécharger le support de visite, présentant des vignettes des oeuvres dans l'ordre de réalisation du parcours.