Regarder les œuvres avec les « yeux de la danse » « Danser à deux : la figure du duo »

Présentation
Il s’agit de porter sur les œuvres un regard qui privilégie l’analyse du corps en mouvement : quels mouvements perçoit-on ? Comment le corps semble-t-il organisé dans le mouvement ? Quels sont ses appuis ? Où est porté le regard ? Lorsqu’on observe un duo, quels sont les points de contact entre deux personnages ? En portant une attention particulière à son propre corps de spectateur, et en passant par des expériences sensorielles, l’élève aiguise sa capacité d’observation et élargit sa palette de perception d’une œuvre. Piste proposée par : Pascale Tardif – Professeure agrégée d’EPS, conseillère pédagogique départementale & Laurence Pagès – Chorégraphe, danseuse.
Parti pris
La figure du duo a attiré tout particulièrement notre attention et constitue le fil rouge de cette visite, qui donne l’occasion d’expérimenter des formes de mouvement et des situations dansées différentes.
Public
Cycle 3 (CM1-CM2 – 6ème)
Objectifs
Apprendre à devenir un spectateur acteur, avec tout son corps et tous ses sens. Affiner sa perception et son vocabulaire concernant la représentation du corps en mouvement.
Mots clefs
duo, contact, déséquilibre, élan, point de vue, sauter, soulever, soutenir, attraper, repousser, retenir
Matériel
appareils photos, cahiers
Parcours

La Vierge et l'Enfant entre deux anges
Agostino di Duccio (Florence, 1418 - Pérouse, 1481)
Marbre, rehauts d’or Musée du Louvre Vers 1460-1470
L. : 0,91 m. - H. : 0,97 m.
© RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Michel Urtado

1/ ETRE EN CONTACT

(re)tenir/être (re)tenu, toucher/être touché, porter/être porté, envelopper/être enveloppé

Observer et décrire :

·         Une sculpture dont on ne peut pas faire le tour

o    Une sculpture attachée à son support, taillée dans le marbre avec plus ou moins de relief (très bas-relief : dessins des anges) et haut relief (les mains de l’enfant qui s'extraient du tableau et pointent vers nous).

= Aborder ainsi les notions de bas-relief  / haut-relief

o    Est-ce qu’il y a dans les salles d’autres sculptures autour desquelles il n’est pas possible de circuler ?

 

·         Identifier les figures et décrire leur relation

o    Qui sont les personnages représentés ?

o    Observer les mains de la Vierge : l’une se pose à plat sur le ventre et le bas de la cage thoracique de l’enfant, ce contact est enveloppant, ferme et doux, l’autre est posée de façon plus nonchalante sur sa jambe droite et tient un pan de voile. Sur quoi s'appuie l’enfant ? un rebord de cadre, de fenêtre ? Est-il retenu pour ne pas tomber ?

o    Observez les visages de la vierge et de l’enfant (les yeux – mi-clos –, les expressions). Qu’expriment-ils ?

o    Que nous disent ces attitudes et ces expressions sur les relations entre la Vierge et l’enfant ?

Entrer dans le mouvement :

o    Expérimenter des duos de contact : toucher une partie du corps (épaule, coude, main, joue, etc.) d’un partenaire qui ferme les yeux pour mieux ressentir : un contact léger ou appuyé, un contact qui frôle, ou bien presse doucement ou encore pousse un peu plus fortement. Dans ce cas, le partenaire doit résister en étant bien solide dans ses appuis.

Prolonger l’expérience :

o    De retour à l’école, expérimenter des duos avec un jeu de déséquilibre.

En partant de la position de départ de la sculpture, on imagine que l’enfant est déséquilibré vers l’avant et que sa mère le retient.

Les élèves travaillent par deux : un « verse » un peu son poids en dehors de son axe et l’autre (« ange-gardien ») le retient de ses deux mains avec un contact doux et ferme en s’ancrant solidement dans le sol (comme des jambes qui prendraient racine dans le sol pour être solides). Jusqu’où peut-on aller dans le déséquilibre en étant retenu par les partenaires sans tomber ? Cette situation peut également s’envisager en petit groupe avec un enfant les yeux fermés au centre d’un groupe qui se déséquilibre doucement, et est accueilli par les partenaires puis repoussé délicatement vers le centre, ou sur les côtés, de façon fluide et continue.

Jean de Bologne dit Giambologna (Douai, nord de la France actuelle, 1529 - Florence, 1608)
Bronze
Musée du Louvre
1574
H : 1,80 m.
© Musée du Louvre, Dist. RMN-Grand Palais / Thierry Ollivier
2/ SE SOUTENIR, S’AIDER… A S’ENVOLER
 
Observer et décrire : 
 
Une sculpture dont on peut faire le tour : 
 
o Est-ce que je peux tourner autour de la sculpture ? Comment est-ce que je la vois de ce côté ? Et de l’autre ? Depuis le sol, accroupi ou allongé ? 
o Est-ce qu’il y a dans les salles d’autres sculptures autour desquelles il n’est pas possible de circuler (par exemple « attachées au mur ») ?
= Aborder ainsi les notions de ronde-bosse / bas-relief
 
Une grande sculpture :
 
o Quand je suis proche de la sculpture, qu’est-ce que je vois ? Suis-je de la même taille ?
o Quand je m’éloigne, qu’est-ce que je vois ?
o Où est-ce que je dois aller pour bien la voir en entier ?
= Aborder ainsi les notions de taille, d’échelle
 
Un duo qu’on ne soupçonne pas
 
o J’observe à nouveau la sculpture : De quoi/qui s’agit-il ? Qu’est-ce que je vois sur la tête du personnage ? Sur ses pieds ? Dans ses mains ?
o Sur quoi/qui prend-t-il appui au niveau plantaire (sur un souffle : le souffle d’Eole, Dieu des vents)
 
Entrer dans le mouvement : s’envoler (répartir les expériences en petits groupes)
 
Expérimenter seul : 
o Je tente de me mettre dans la même posture en équilibre (même bras et même jambe soulevés du sol ! organisation dite « à l’amble »), j’en éprouve la contrainte posturale ;
o Au contraire, je lève le bas et la jambe opposée (comme dans la course)
Quelles différences entre ma posture et celle du personnage ?
Mercure, à votre avis, est-il représenté dans une marche, une course, une envolée ? 
 
Expérimenter en duo (dans la salle face aux miroirs ou dans la cour Marly) : 
 
o Les élèves travaillent par deux, l’un « entre dans la posture » de Mercure et l’autre, le partenaire (ange-gardien) va poser ses deux mains sur le bas de la cage thoracique du « danseur » pour l’aider à tenir cette posture en équilibre fragile (sur la demi-pointe d’un pied et dans une organisation à l’amble).
 
Prolonger l’expérience
 
De retour dans la salle de motricité de l’école : trouver d’autres équilibres sur un pied, en variant au maximum les postures du reste du corps et chercher comment le partenaire ange-gardien peut aider en accompagnant le mouvement, en donnant des appuis (mains, cage thoracique). Danser à deux : danseur et partenaire.
 
En s’appuyant sur cette représentation du souffle d’Eole, le partenaire peut également souffler sur des parties précises du corps du danseur qui ressentira ce souffle et se laissera légèrement pousser, déséquilibrer pour entrer dans une danse du vent initiée par le partenaire-souffleur.
 
Chercher à composer une petite phrase chorégraphique en choisissant différents équilibres du pas de deux et en les associant à des éléments de cette danse du vent.
Choisir des positions de départ et de fin dans l’espace.
 

Apollon et Daphné
Giovanni Battista Tiepolo (Italie,1696 - Espagne,1770)
Huile sur toile Musée du Louvre
Vers 1743-1744

© Musée du Louvre, Dist. RMN-Grand Palais / Angèle Dequier

Groupe Hippomène et Atalante
Bronze patiné Musée du Louvre
Vers 1715 -1720
H. 22,5 cm
© RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Stéphane Maréchalle
 
3/ LE DUO : UNE RELATION DANS LA DISTANCE
 
Courir ensemble / attraper
 
Observer et décrire :
 
De la sculpture à la peinture
 
o J’observe deux types d’œuvres très différents : quelles sont ces différences ?
o Est-ce qu’elles ont des points communs ? Lesquels ?
Définir différences entre œuvres en 2D et 3D, couleur, lumière, paysage, point de vue…
 
Représenter la course
 
o Est-ce que les personnages courent de la même façon dans une œuvre et l’autre ?
o Pourquoi courent-ils ? Quelle peut être la relation qui construit chaque « duo » ?
Se rapprocher des récits mythologiques
 
Prolonger l’expérience
 
Dans la cour Marly, en sortant de la Petite Galerie : rechercher les sculptures où sont représentées des personnes qui courent : retrouver en particulier les groupes Hippomène et Atalante d’une part, et Apollon et Daphné d’autre part.
 
De retour à l’école : s’exercer à traverser un espace dans une course au ralenti (comme un film de course passé au ralenti), puis le traverser par deux en courant au ralenti, l’un derrière l’autre comme pour essayer d’attraper l’enfant situé devant.
 
Construire une phrase chorégraphique en duo (pas de deux), en précisant les actions de courir (balancé des bras, élévation, déroulement des pieds), de se rapprocher, de toucher ou d’attraper, de retenir, de repousser, se dégager, etc.
 
France
Plâtre
Paris, musée d’Orsay, dépôt du musée Rodin
1911
26 cm x 26 cm (figure F) ; 11 cm x 26 cm (figure H) ; 13 cm x 23 cm (Figure I)
© Musée Rodin / Pauline Hisbacq
4/ SAUTER / SOULEVER / SOUTENIR
 
Observer et décrire :
 
Trois personnages dans un « mouvement de danse »
 
Qu’est-ce que je peux dire des personnages que j’observe ? De leur corps ? Des figures qu’ils réalisent ? Observer notamment que certaines parties du corps sont comme « déformées ».
Ces mouvements semblent-ils réalistes ?
 
Evoquer la sensation de saut très aériens, acrobatiques. Les amener progressivement à comprendre que Rodin ne représente pas l’image arrêtée d’un corps en mouvement, mais essaie plutôt de représenter différentes étapes du mouvement, au moyen d’un même corps dans plusieurs postures.
 
Prolonger l’expérience :
 
De retour en classe, je cherche à retrouver, ces postures aériennes que j’ai observées dans le saut, dans un premier dans le plan horizontal, couché au sol. Puis expérimenter par deux avec un danseur et un porteur ces figures. Le porteur pose ses mains sur la cage thoracique et va accompagner le danseur dans une petite course, puis va essayer de l’accompagner dans un saut en le soulevant par la cage, en le  surélevant. Le danseur disposera d’un temps plus grand pour expérimenter un saut. (Attention, il faut réussir à coordonner courir doucement à deux, prendre une impulsion et accompagner la prise d’élan).
Adolphe De Meyer
Photographies parues dans "Sur le Prélude à l’après-midi d’un faune", pl. IV, VIII, XIV
Épreuves photomécaniques (collotypes)
Paris, musée d’Orsay, don de Michel de Bry, 1988
1914
12,1 cm x. 18,4 cm ; 14,8 cm x 14 cm ; 14,1 cm x 21,8 cm
© RMN-Grand Palais (musée d'Orsay) / Droits réservés

 

Peintre de Ménélas
Terre cuite
Musée du Louvre
Vers 450-440 avant J.-C.
27,4 cm x 30,2 cm
© RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Stéphane Maréchalle
 
5/ DANSER A DEUX DANS LE PLAN FRONTAL
 
Observer et décrire :
 
Quelle est la spécificité des postures des danseurs sur le collotype : pieds parallèles, corps de profil, buste éventuellement en torsion. Une danse qui se déroule sur un plan frontal. 
Observez le vase : quelles similitudes avec les postures de la danse de Nijinski voyez-vous ?
 
Entrer dans le mouvement :
 
Tenter de se mouvoir en reproduisant cette contrainte du profil.
 
Prolonger l’expérience :
 
Dans la Cour Khorsabad : Aile Richelieu - Rez-de-chaussée - Antiquités orientales
Mésopotamie
 
Y sont présentés les impressionnants vestiges provenant du palais que le roi Sargon II a fait édifier à Khorsabad et qu'il inaugure en 706 av. J.-C. La monumentalité de l'architecture et l'organisation de son décor sculpté sont évoquées grâce aux reliefs sculptés placés dans leur position d'origine.
 
Centrer l’attention du groupe sur des représentations d’hommes qui marchent mais avec les pieds collés au sol, pieds de profil avec différentes positions pour le torse : face ou profil, tête de face ou de profil.
 
Chercher dans cette cour,
 
- les personnages  présentés de face et de profil simultanément (torsion dans le corps)
- les personnages présentés de face
- les personnages présentés de profil
- des hommes (dans un coin reculé de la salle) sont représentés dans une marche avec les pieds qui se décollent du sol.... la seule exception de la cour Khorsabad !
 
Expérimenter le mouvement :
 
- Prendre ces positions en torsion qui sont à rapprocher de l’après-midi d’un faune de Nijinski.
- Par deux, face aux sculptures de la cour Khorsabad en fond,  improviser un duo en jouant sur ces différentes orientations : face et profil avec les différentes parties du corps en passant d’une position à l’autre dans une lenteur fluide et maîtrisée.  3 duos, chacun dans son espace, peuvent présenter leur travail simultanément et trouver une fin commune.
 
Avant la visite

- Il est conseillé de raconter les récits mythologiques liés aux personnages représentés dans la Petite Galerie afin que les enfants reconnaissent et créent des liens entre l’histoire entendue et l’œuvre observée.

- Il est possible de se reporter aux fiches œuvres du site de la Petite Galerie pour préparer les élèves à l’observation des œuvres.

Après la visite
Avant de prolonger la visite par les activités suggérées dans le parcours, il peut être intéressant d’élargir le champ d’observation en passant par la Cour Marly et la Cour Puget (Aile Richelieu - Rez-de-chaussée), où peuvent être recherchées différentes figures de duo faisant écho à la visite de la Petite Galerie :
 
 
Pierre LEPAUTRE (Paris, 1659 -1660 - Paris, 1744), Enée et Anchise : sculpture en marbre mettant en scène un porté sur une hanche
 
Guillaume COUSTOU (Lyon, 1677 - Paris, 1746), Daphné poursuivie par Apollon 
 
et Nicolas COUSTOU (Lyon, 1658 - Paris, 1733), Apollon poursuivant Daphné
 
 
Pierre PUGET (Marseille, 1620 - Marseille, 1694), Persée et Andromède
 
Gaspard MARSY (Cambrai, 1624 - Paris, 1681) et Anselme FLAMEN (Saint-Omer, 1647 - Paris, 1717), Borée enlevant Orithye
 
Thomas REGNAUDIN (Moulins, 1622 - Paris, 1706), Saturne enlevant Cybèle
Ressources complémentaires
En ligne

-          www.numeridanse.tv (Vidéothèque de danse, extraits et œuvres complètes)

-          cnd.fr (Le site du Centre National de la danse, et plus particulièrement le site de sa médiathèque, mediatheque.cnd.fr, avec de nombreuses ressources documentaires en ligne)

-          www.passeursdedanse.fr (Centre de ressources pour la danse à l’école et au collège)

-          www.danseaucoeur.com (L’éducation artistique à l’école)

Bibliographie

PISTE DE LECTURE

Glon Marie, Launay Isabelle (dir.), Histoires de gestes, Arles, Actes Sud, 2012 (pour approfondir le travail sur les gestes fondateurs de marcher, courir, sauter, etc.)

Annexe