Représenter le corps en mouvement

Présentation
Les premières représentations d’êtres humains en mouvement remontent à la nuit des temps. Les peintres rupestres se sont volontiers confrontés à la représentation du mouvement dans la fixité du dessin. Ce paradoxe s’inscrit dans l’histoire de l’art et les artistes, utilisant matériaux et techniques, procédés et astuces, tentent l’aventure de l’illusion du mouvement. Qu'il représente le corps en tension, une course effrénée ou la beauté gracieuse d’une danseuse en action, l’artiste reproduit la vie, son dynamisme et fige le mouvement pour l’éternité. Tel est le défi qu’il relève sans cesse avec maîtrise technique et imagination. Piste proposée par Xavier Testot, professeur d'Arts plastiques et Virginie Masclet, professeur relais, service Education et formation du musée du Louvre.
Parti pris
Il consiste en une observation et une prise de conscience des différentes techniques donnant l’illusion du mouvement. Le choix s’est porté sur des œuvres d’époques, de genres et utilisant des supports différents (peintures, sculptures, objet d’art, photographies). L’approche se veut transdisciplinaire mêlant à la fois les arts plastiques, l’EPS, les lettres et l’histoire, répondant ainsi à l’orientation des EPI, notamment : EPI Corps, thème 1 : la représentation de l’homme ; EPI Information et communication, thème 6 : les arts face au défi de la photographie ; EPI Langue et Culture de l’Antiquité. On proposera aux élèves de réaliser la visite de l’exposition, avant de répondre aux questions en revenant à la salle 1.
Public
Cycle 4 du collège (classes de 5ème, 4ème, et 3ème).
Objectifs
Observer Analyser Comparer Interpréter Acquérir des connaissances.
Mots-clefs
Représentation, mouvement, présentation
Matériel
Un carnet de note
Parcours

La Kermesse ou Noce de village
Pierre Paul Rubens
1635-1638
Huile sur toile
Musée du Louvre

Mouvement et composition

On aura distribué aux élèves une reproduction de petit format de ce tableau en noir et blanc.

1/ Observez le tableau. Déterminez sa composition en traçant sur votre reproduction des lignes verticales, horizontales et obliques.

2/ Les personnages sont très actifs. Observez-les bien. Que font-ils ? Choisissez trois exemples d’activités différentes, entourez-les et identifiez-les.

3/ Isolez un personnage dont la silhouette ( attitude, vêtements, gestes) prouve que ce tableau fige une scène en mouvement.

Danseuse Titeux
Acropole d’Athènes (Grèce)

Terre cuite avec traces de peinture
Vers 350 avant J.-C.
Musée du Louvre

Matière et mouvement

1/ Approchez-vous de cette petite danseuse et observez-la attentivement. En quel matériau et selon quelle technique a-t-elle été faite ?

2/ Comment le sculpteur a-t-il représenté la présence du manteau sur le corps de la danseuse et autour d’elle ?

3/ Il s’agit d’une « danse du manteau », pratiquée dans la Grèce Antique. A quelle autre œuvre plus récente de cette exposition pouvez-vous la rapprocher ?

Amphore à col à figures noires (Gorgone en course agenouillée)
Athènes, Grèce
Terre cuite
Musée du Louvre
Vers 520-510 avant J.-C.

 

Hippomène et Atalante
Bronze patiné
Musée du Louvre
Vers 1715 -1720

 

 

Codifier le mouvement

 

Etape 1 : Amphore à col à figures noires (Gorgone en course agenouillée)

1/ Ce personnage est représenté avec des indices qui rappellent sa nature mythologique et monstrueuse et son histoire. Lesquels ?

2/ Sur votre carnet de notes, dessinez schématiquement la position de la Gorgone puis, en modifiant seulement la position des membres, proposez deux autres postures, une dynamique et une plus statique.

3/ Quels sont les autres éléments figuratifs qui accompagnent la Gorgone ? Quelles formes dessinent-ils ? 

 

Etape 2 : Hippomène et Atalante

1/ Comparez les personnages (appuis , axe du corps, position des membres, vêtements), définissez ce qui les rapproche et ce qui les distingue.

2/ Identifiez les personnages, leur action. A quoi voit-on que l’un poursuit et que l’autre est poursuivi ?

3/ Quel moment du mythe est ici raconté ?

Géricault, Derby à Epsom et Chronophotographies, Muybridge
On donnera aux élèves deux reproductions de petit format de ces deux œuvres.

 

Fiction et réalité du mouvement

 

1/ Comparez le tableau et les chronophotographies. Combien de chevaux voyez-vous dans chaque œuvre et combien de fois chacun d’entre eux est-il reproduit ?

2/ Dans la chronophotographie, sur quelle partie du cheval votre attention est-elle attirée ?

3/ Que prouve la chronophotographie sur le mouvement du cheval ? Le tableau de Géricault permet-il néanmoins de représenter le mouvement de l’animal ? Pourquoi ? 

 

 
Edgar Degas
France
Fondeur : Adrien-Aurélien Hébrard (1865 ?-1937), entre 1921 et 1931
Bronze à patine brune Paris, musée d’Orsay, acquis grâce à la générosité des héritiers de l’artiste et des Hébrard, 1931
 

 

   

Mouvements de danse (F, H, I)
Auguste Rodin France Plâtre Paris, musée d’Orsay, dépôt du musée Rodin
1911

 

Regards sur le mouvement dansé : Degas et Rodin

1/Que nous apprend le titre de Degas ?
Notez le vocabulaire spécifique à la danse ; considérez le statut de cette œuvre restée dans l’atelier de l’artiste car non destinée à être montrée ; appréciez la notion de série.

2/ Comparez avec les titres de Rodin, que disent-ils du processus créatif et des intentions de l’artiste ?

3/ Observer la facture de ces œuvres : à quelle étape de la création sommes-nous ?
Rapidité d’exécution ; œuvres ébauchées d’après des attitudes  prises sur des modèles vivants ; études préalables à une œuvre plus aboutie.

4/ Imaginez un enchainement entre toutes ces figures. Sont-elles les étapes d’une même chorégraphie ? Les mouvements de ces danseuses obéissent-ils aux mêmes règles ? appartiennent-ils au même répertoire ?
Convention dans le ballet classique versus contemporain