Les œuvres de l'exposition

Louis XIV (1638- 1715), roi de France de 1643 à 1715

François Girardon (Troyes, 1628- Paris, 1715) Bronze Musée du Louvre
Avant 1704
1,02 m x 0,98 m


Louis XIV (1638- 1715), roi de France de 1643 à 1715

Ce groupe équestre est une réduction de la statue de Louis XIV réalisée en 1692 et érigée en 1699 sur l’actuelle place Vendôme à Paris. L’artiste s’inspire du modèle antique de la statue équestre de Marc-Aurèle. Le roi représenté en empereur romain, tête nue mais couverte d’une abondante perruque contemporaine, le bras droit tendu, pointe dans un geste impérieux son index vers le lointain. Dépourvu du bâton de commandement traditionnel mais les armes de l’ennemi foulées par le cheval, le  geste de Louis XIV semble exprimer à lui seul l’autorité souveraine.

Girardon, un des plus grands sculpteurs de Louis XIV, reçoit en 1685 commande du ministre de la guerre et surintendant des Bâtiments du roi, Louvois, d’une statue équestre du roi en bronze. Véritable prouesse technique, le groupe équestre est fondu en une seule fois, une première en France. Le fondeur suisse Keller coule 36 tonnes de métal dans un moule gigantesque alors qu’une fosse  était creusée à proximité de la place Vendôme. Erigée en 1699 en l’absence du roi vieillissant et alors que le ministre de la guerre est mort en 1691, la statue équestre qui sert à glorifier le monarque représenté en triomphateur est aussi une réponse à la statue pédestre de Louis XIV élevée Place des Victoires à l‘initiative du duc de La Feuillade pour célébrer la paix de Nimègue en 1679. Si la statue équestre est déjà un élément du paysage urbain en Italie, la monarchie française fait le choix de doter la statue royale d’un écrin en inventant la Place Royale. Le modèle est inauguré par Henri IV (1589-1610) avec la Place des Vosges et la Place Dauphine, poursuivi par Louis XIV. Le programme architectural procède de la rencontre d’une statue et d’une place bordée de bâtiments symétriques et identiques, construite à l’écart de la circulation pour la promenade. Placée au centre de la place, la statue royale pouvait être admirée paisiblement par les passants. Avec la place royale, le pouvoir investissait l’espace urbain et le roi était présent, presque physiquement, à travers son effigie. En 1792, les révolutionnaires décident de détruire toutes les statues, symbole d’absolutisme.

 

© Musée du Louvre, dist. RMN - Grand Palais / Thierry Ollivier