Découvrir l’exposition

Présentation
Cette piste de visite propose à l’accompagnant (relais, enseignant, éducateur, famille…) le cadre intellectuel et pratique d’une visite de la Petite Galerie. Pour chaque œuvre ou groupe d’œuvres, il dispose de démarches, de pistes de questionnement ou d’activités à mettre en œuvre avec son public (le plus souvent un groupe mais possiblement un seul visiteur).
Parti pris
Rester disponible aux questionnements et à toute expression des visiteurs ; être très concret, éviter tout implicite ; partir du détail pour aller vers le général ; rester centré sur le parcours et le discours prévus, sans noyer les visiteurs sous trop d’informations ; pour faciliter votre entrée, privilégier les venues en matinée, en semaine plutôt que les week‐ends et hors des vacances scolaires (moins de fréquentation).
Public
Pour des publics atteints de handicap mental ou psychique
Objectifs
Cette piste a pour objectif d’accompagner des personnes peu familières des musées pour une visite de la Petite Galerie du Louvre, en explicitant toutes les étapes de la visite. Elle vise plus particulièrement un public d’adolescents ou d’adultes porteurs d’un autisme ou d’un handicap mental (altération de la communication, difficultés de langage, de concentration ; spécificités sensorielles ; besoin de prendre son temps…). Elle peut être utilisée par un responsable de groupe accompagné de plusieurs visiteurs comme par un proche ou un parent souhaitant accompagner une seule personne. Il s’agit d’accompagner le ou les visiteurs afin qu’il(s) puisse(nt) : Découvrir un espace adapté du musée, Croiser d’autres personnes que celles de l’entourage familier, Acquérir quelques repères dans l’espace et dans l’histoire, Mettre du sens sur des mots employés dans cette exposition, Nommer ce qui est ressenti (enrichir, développer le vocabulaire), Exprimer un avis, une opinion, un choix (pas uniquement par la parole)
Mots clefs
Archéologie, découverte, trésor, dessin, stratigraphie, peinture, Egypte
Matériel
Carnets et crayons à papier ; Une fiche illustrée et adaptée récapitulant les différentes étapes de la visite, avec un visuel des œuvres abordées, remise à chaque visiteur avant la visite (afin d’anticiper ce qui va être vu) ; Différentes cartes géographiques pour situer les lieux (à prévoir) ; Le livre tactile (empruntable auprès des agents à l’entrée de l’exposition)
Parcours

Entrée Exposition

Je regarde l’affiche à l’entrée de la Petite Galerie.
→    Quel est le titre de l’exposition ?
→    Est-ce que je sais expliquer ce qu’est l’archéologie ?

L’archéologie est la recherche de choses très anciennes, des traces du passé. L’archéologue étudie des monuments, des objets retrouvés en creusant dans le sol, des textes anciens, afin de comprendre l’histoire des civilisations du passé.

J’observe les différents personnages de l’affiche.
→    Qui sont ces personnages ? Sont-ils réels ? photographiés ? dessinés ?

Ces objets archéologiques et ces personnages de bande dessinée annoncent le thème de l’exposition : l’archéologie et la bande dessinée.


On passe sous le porche. Quelles sont les couleurs ?
On traverse ensuite un couloir. A quoi ressemble cet espace ? Décrivons-le ensemble. Est-ce que cela me fait penser à un endroit que je connais ? Lequel ?

Vue du Sphinx et de la grande Pyramide

Nicolas Jacques Conté (1755-1805)
Friedrich Schroeder (1768-1839), graveur
Eau-forte, burin, 1802-1808
Tirage moderne

Photo © RMN-Grand Palais / image RMN-GP


SALLE 1

On entre dans la première salle, et on observe le dessin de Conté gravé par Schroeder, à droite.

Il y a plusieurs éléments sur ce dessin. Je les nomme. Est-ce que je peux deviner le pays où le dessin a été fait ? Sur une carte je montre où se situe l’Egypte.
→    Deux éléments du dessin font penser à l’Egypte : les pyramides, et le sphinx. Je peux expliquer ce qu’est un sphinx ?
→    Il y a aussi plusieurs petits personnages sur ce dessin. Est-ce que je les vois ? combien y en a-t-il ? quelle taille font-ils par rapport aux pyramides ? Est-ce que je peux les décrire et imaginer leur rôle ? De qui peut-il s’agir ?

Ce dessin a été fait pendant l’expédition en Egypte commandée par Napoléon Bonaparte entre 1798 et 1801. Qui est Napoléon ?
Lors de cette expédition, 175 savants se rendent en Egypte avec les hommes de troupes : des ingénieurs, des chimistes, des mathématiciens, mais aussi des musiciens et des dessinateurs. Ces artistes accompagnent les archéologues pour dessiner les paysages et les monuments qu’ils découvrent.
→    Sur mon carnet de croquis, je reproduis ce dessin, le sphinx, la pyramide, les petits personnages.

 On va maintenant dans la partie gauche de cette première salle, à la rencontre d’un personnage qui a lui aussi fait beaucoup de dessins en Egypte.





Jean François Champollion

Léon Cogniet (Paris, 1794-1880)
Huile sur toile,
1831
INV 3294


© RMN - Grand Palais (Musée du Louvre) / Michel Urtado

SALLE 1


C’est l’archéologue Jean François Champollion qui est ici peint par Léon Cogniet, en 1829. Champollion est célèbre parce que c’est lui qui a découvert le secret des hiéroglyphes, en 1822 : il avait seulement 32 ans, et il n’avait jamais mis les pieds en Egypte ! Il s’y rendra pour la première fois en 1828, un an avant la réalisation de ce portrait. 

J’observe le tableau, et je regarde d’abord le personnage.
→    A quoi ressemble Champollion ? Je décris son visage, son regard, ses cheveux…
→    Dans quelle position est-il ? Je mime sa posture.
→    Comment est son vêtement ? Il me fait penser à un homme riche ou pauvre ?

Je regarde maintenant le fond du tableau..
→    J’observe les couleurs, le paysage représenté. Où peut se passer cette scène ? En France ? Un pays chaud ou froid ? 
→    Est-ce que je peux distinguer un personnage autre que Champollion ?
→    Il y a aussi un petit monument dans ce tableau. Est-ce que je le vois ? Il s’agit des Colosses de Memnon qui marquaient l’entrée de la ville de Thèbes. Je peux voir ces éléments agrandis dans le livre tactile.


Allons maintenant découvrir des trésors retrouvés sous terre ou sous la mer par les archéologues.


 

Sabine

(88-136 après J.-C)
Carthage (Tunisie)
Marbre
Vers 120 après J.-C
Ma 1683 et Ma 1756



© Photo RMN / Hervé Lewandowski


SALLE 2

On avance dans la deuxième salle, on se dirige vers la statue de la Sabine à droite.

Je regarde la statue qui se trouve face à moi.
→    En quelle matière peut-elle être ?
Il s’agit d’une statue en marbre blanc de l’impératrice Sabine, épouse de l’empereur Hadrien qui régna sur l’empire romain au IIe siècle après J.C.
→    Dans quelle position est-elle? A quoi voit-on que c’est une impératrice ? Comment est-elle habillée ?
Je remarque des traces sur son vêtement.
→    S’agit-il de peinture ? ou autre chose ?

Je regarde maintenant la tête de la statue.
→    Sa coiffure est très impressionnante : à quoi me font penser les motifs sur sa coiffe ?
→    Le visage est-il de la même couleur que le reste de la statue ?

En fait, cette statue a été découverte sur le site de Carthage en 1874. Je montre où se situe Carthage sur une carte. La statue est embarquée pour la France sur un bateau. Malheureusement le bateau explose et coule dans la rade de Toulon !  Une grande partie de la statue est récupérée, sauf le visage. Il sera sorti de l’eau un siècle plus tard, en 1995. Et c’est seulement depuis l’an dernier  que la statue a pu retrouver son visage.



 



Trésor de Boscoréale

Argent, or
Vers 50 avant J.-C- 50 après J.-C
Bj 1913-Bj 2367


© RMN - Grand Palais (Musée du Louvre) / Stéphane Maréchalle

SALLE 2



Dans la même salle, on se dirige en face vers la vitrine du Trésor de Boscoréale.

Je me trouve devant une vitrine où il y a une centaine de pièces d’argenterie. Cet ensemble s’appelle le Trésor de Boscoréale. Il a été trouvé dans une villa romaine, qui avait été ensevelie lors de l’éruption du Vésuve en 79 après JC. L’éruption de ce volcan avait fait disparaître les cités de Pompéi et d’Herculanum. Je montre sur une carte où se trouve le Vésuve.
→    Est-ce que je sais ce qu’est un volcan ? Est-ce que je peux en nommer d’autres ?

J’identifie et je décris les objets que je vois dans la vitrine.
→    A quoi voit-on qu’il s’agit d’un trésor ?
→    A quoi pouvaient servir ces différents objets ? J’imagine leur fonction.

Je regarde plus précisément la coupe qui se trouve au centre de la vitrine.
→    Je décris le personnage au milieu de la coupe. Est-ce un homme ou une femme ? Comment sont ses vêtements ? Qu’y a-t-il sur sa tête ?
→    Il y a aussi des animaux sur la coupe. Combien sont-ils ? Quel est leur nom ?








Stratigraphie


Couloir (SALLE 3)




On avance dans la salle suivante. Une grande vitrine occupe tout le mur, à droite.

Il y a tout un décor derrière et autour de la vitrine.
→    Je décris ce décor. Je regarde au-dessus de la vitrine. Quel est ce paysage ? Est-ce je peux comprendre où je me situe ?
Nous sommes dans les fouilles du site archéologique de Suse. Je situe cette ville sur une carte. Cette vitrine présente un plan en coupe, qui montre tous les niveaux rencontrés par l’archéologue lorsqu’il creuse dans le sol, et les objets retrouvés à chaque niveau.
→    Combien y a-t-il de niveaux représentés ?
→    Combien est-ce que je compte d’objets dans la vitrine ?
A partir des cartels, je cherche l’objet qui s’appelle « L’orant cubiste ».
→    Je mime sa pose, et l’expression de son visage.
→    A mon avis, qu’est-il en train de faire ? Comment est son vêtement ? Que porte-t-il sur la tête ?

 

Casque du roi de France Charles VI

(1368-1422)
Cuivre émaillé et doré
Avant 1411
OA 12014


© RMN - Grand Palais (Musée du Louvre) / Jean-Gilles Berizzi


SALLE 4

 

On se rend dans la dernière salle. On trouve, à gauche, le casque et sa reproduction tactile.

Dans les années 1980, les archéologues ont réalisé des fouilles ici même, sous le musée du Louvre. Au fond d’un puits, ils ont aperçu des morceaux dorés qui brillaient. En les assemblant, comme un puzzle, ils ont reconstitué l’objet exposé dans la vitrine (et reproduit sur la station tactile). Au choix :
→    Je découvre l’objet les yeux fermés sur la station tactile et j’essaie de l’identifier avec les mains : quelle forme a-t-il ? de quoi peut-il s’agir ?
→    J’observe l’objet dans la vitrine et je le décris : en quel matériau peut-il être ? quelle forme a-t-il ? à quoi pouvait-il servir ?

Ce casque n’a pas été retrouvé dans n’importe quel puits : il était dans le puits du donjon du château médiéval, qui était construit ici avant le palais du Louvre. C’était le château du roi de France.
→    A qui pouvait donc appartenir ce casque ? à un simple garde ou… au roi lui-même ?
→    J’observe le décor du casque, qui donne des indices sur son propriétaire : quel motif recouvre la partie haute ? que voit-on sur la couronne qui entourait le casque ?
Ce casque doré décoré de feuillages et de fleurs de lys appartenait au roi lui-même, Charles VI. Le roi le mettait sur sa tête comme une couronne, pour certaines cérémonies. Mais ce n’était pas un casque qui pouvait protéger le roi à la guerre. Il était très beau, mais pas très solide !
→    En combien de morceaux a-t-il été cassé à mon avis ?
→    Mais comment le casque du roi a-t-il pu être cassé, comment a-t-il pu se retrouver en 155 morceaux au fond d’un puits ? J’imagine l’histoire de ce casque.

En fait les archéologues eux-mêmes ne savent pas ce qu’il est arrivé au casque : peut-être qu’il a été volé puis jeté dans le puits par le voleur, peut-être qu’il a été brisé volontairement par un ennemi du roi, ou peut-être que le roi l’a détruit lui-même dans un moment de colère…

On peut proposer d’imaginer et de dessiner son propre casque de roi : si j’étais roi, à quoi ressemblerait mon casque ? comment est-ce que je le décorerais ?

 

Sarcophage en forme de momie

Egypte
Bois peint, dorure, 1295-1069 avant J.-C
N 2631

© Musée du Louvre, dist. RMN - Grand Palais / Georges Poncet



SALLE 4

On va au fond de la salle, devant le  couvercle de sarcophage.

Nous voilà de retour en Egypte, là où nous avions commencé notre visite avec le sphinx et la pyramide.
Les anciens égyptiens croyaient à une deuxième vie après la mort, dans le royaume d’Osiris, dieu des morts. Le corps, préservé dans son intégrité, était alors momifié et mis dans un sarcophage. Nous nous trouvons face à un couvercle de sarcophage.
→    Je décris le sarcophage : quelle est sa taille ? quelles sont ses couleurs ?

→    Est-ce que je sais ce que sont les signes sur la cuve ?
Il s’agit de hiéroglyphes, l’écriture des anciens égyptiens, cette écriture dont le secret a été découvert par Champollion (le personnage du portrait au tout début).
→    Sur mon carnet de croquis, je reproduis quelques signes que je vois. Je peux aussi créer mes propres signes, inventer ma propre écriture, et en donner la signification.

Je regarde le visage sur le sarcophage.
→    S’agit-il d’un visage de femme ou d’homme ?
→    Quelle est l’expression de ce visage ? Est-ce que je peux imiter cette expression ?
→    J’observe sa bouche, ses yeux.  Comment sont-ils ?
→    Que porte-t-elle sur la tête ? Comment sont ses cheveux ?
→    Quelle est la position des bras et des mains ? Je mime cette position. Qu’est-ce que cela peut représenter ?

 

 

La sortie de l'exposition


SALLE 4




J’ai maintenant terminé la visite de l’exposition.
→    Quelle est l’œuvre que j’ai préférée et pourquoi ?

En prolongement de l’exposition : je crée et dessine un archéologue.
→    Quels sont les vêtements que je pourrais lui mettre ? Quels outils sont importants pour un archéologue ? Dans quel lieu peut-il travailler ?
→    Est-ce que c’est un métier qui me plaît ? et pourquoi ?

 

Ressources Complémentaire
Après la visite

La restitution est importante pour donner de la compréhension, du sens à cette visite à travers de l’expression orale, écrite, plastique… Toutes les formules sont possibles.

  • Nommer, se rappeler ce qui a été vu
  • Choisir l’objet, le lieu préféré ou le moins aimé de chaque visiteur ; demander pourquoi
  • Dessiner un élément, un lieu, un moment de la visite
  • Faire énoncer si l’expérience de la visite a été facile / difficile, par chaque visiteur ; faire apprécier à chacun son comportement durant la visite
  • Monter un atelier photographique sur des fouilles archéologiques : se mettre en scène en archéologue au milieu d’objets que j’aurais pu trouver pendant mes fouilles.  


 

Cette piste a été rédigée par Michel Lo-Monaco, musée du Louvre