Les œuvres de l'exposition

Figurine féminine : déesse ?

Crète Alliage cuivreux Musée du Louvre
14e siècle avant J.-C .
H : 9 ,80 cm


Ce petit bronze représente la silhouette simplifiée d’une femme portant une tunique courte moulant le corps jusqu’au niveau du ventre lui donnant un aspect cylindrique. La figure s’anime grâce aux stries en spirale du bas de la robe qui forme une sorte de volant.

La statuette appartient à une série de petits bronzes en fonte pleine produite en Crête dans la 2ème moitié du IIème millénaire avant J.-C. alors que l’île est dominée par les grecs mycéniens venus de Grèce continentale.

Nous connaissons cette culture que les archéologues appellent minoeenne grâce notamment aux fouilles conduites à Cnossos par Arthur Evans au début du 20e siècle. Plutôt qu’une danseuse, la figurine pourrait représenter une déesse mère nourricière : les deux mains repliées sur la poitrine rappellent la déesse orientale Astarté.

La célèbre déesse aux serpents provenant du palais de Cnossos et aujourd’hui conservée au musée d’Héraklion comme les figures féminines gravées sur un chaton d’une bague en or trouvée à Mycènes semblent représenter la même divinité, les seins nus et vêtue d’une jupe à volant. Un autre bronze provenant de Troade (Turquie actuelle) et actuellement conservée à Berlin est connu sous le nom de « la Bayadère » : elle porte les mains à son visage dans un geste qui a été interprété comme une prière. La statuette du Louvre a été coulée tête en haut : la coiffure - « un polos », mortier plat distinguant les divinités - conserve une partie du jet de coulée.

 

 

© RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Stéphane Maréchalle